Salon de la Radio/ European Radio Show - Exposition / Débats / Métiers - Exhibition / Conferences / Crafts

CSA - Evolution des modes de diffusion de la radio : quel rôle pour la radio numérique terrestre ? Janvier 2015


Rédigé le Vendredi 23 Janvier 2015 à 21:33 | Lu 35 commentaire(s)



La radio est un média très présent dans le quotidien des français : chaque jour, elle est en effet écoutée par plus de 8 Français sur 10, pendant une durée moyenne de 2h561. Après avoir légèrement baissé au cours des années 2000, l’audience de la radio s’est globalement stabilisée. Malgré la concurrence accrue de nouveaux contenus, la radio est donc encore aujourd’hui un média de référence.
CSA - Evolution des modes de diffusion de la radio : quel rôle pour la radio numérique terrestre ? Janvier 2015
Les modes d’accès à la radio ont significativement évolué au cours du temps. Historiquement limitée à quelques services et écoutée sur les ondes longues et ondes moyennes, l’offre de radio s’est, lors des dernières décennies, considérablement développée avec la modulation de fréquence (FM). Par ailleurs, les réseaux internet offrent depuis des années une opportunité de développement à ce média, et la croissance de l'audience sur ce type d'accès confirme qu’elle répond à une attente des auditeurs : 12,1% de l’écoute de la radio est aujourd’hui réalisée sur des supports multimédia dont une part importante dispose d’un accès au réseau internet fixe ou mobile. La FM reste toutefois le mode d’accès privilégié : 88% de l’audience de la radio est réalisée sur des postes radio FM2.
Dans le contexte de mutation qui caractérise ce media, se pose la question de la place de la radio numérique terrestre (RNT), de ses apports et des conditions de sa réussite. Le présent rapport, qui sera remis au Parlement et au Gouvernement, vise à livrer une analyse et des orientations actualisées sur cette question importante pour le secteur de la radio.
La réflexion sur cette question a été alimentée par une série d’auditions techniques, menée lors des mois de septembre et d’octobre 2014, avec des éditeurs de services radiophoniques et leurs représentants, des opérateurs de multiplex, des diffuseurs, des représentants de constructeurs d’équipements de radio, des opérateurs de communications électroniques, des industriels du secteur automobile et des porteurs de projets pour la RNT. Elle s’est également nourrie de pratiques et de retours d’expérience, en France et à l’étranger, notamment en Europe, ainsi que des compétences des comités territoriaux de l’audiovisuel. Enfin, une consultation publique ouverte par le Conseil le 11 décembre 2014 a recueilli 38 contributions, qui sont venues enrichir la réflexion du Conseil.
La première partie de ce rapport s’attache à montrer que l'émergence de la RNT s'opère dans un paysage radiophonique très structuré, riche et dynamique, reposant sur une pluralité de modes de diffusion. Les acteurs de la radio sont cependant de plus en plus confrontés à des questions sur l’avenir de ce média. De ce fait, la deuxième partie pose la question de la place que pourrait jouer la RNT entre la diffusion FM, d’une part, et l’accès à travers les réseaux internet, d’autre part. La troisième partie présente des champs d’actions possibles pour les pouvoirs publics pour contribuer au développement de la RNT.

CONCLUSION

La réflexion engagée par le Conseil sur l’évolution des modes de diffusion de la radio et sur la place de la radio numérique terrestre a été conduite avec la volonté d’examiner de façon complète l’ensemble des aspects et des voies d’évolution possible de la radio et d’associer toutes les parties prenantes.
Au terme de cette réflexion, le Conseil constate que tous les modes d’accès (hertziens analogique et numérique, radio sur internet) ont une légitimité à contribuer à l’avenir de la radio dans la mesure où ils contribuent au pluralisme des courants d’expression socio-culturels et à l’intérêt du public et qu’il importe que les acteurs de la radio disposent autant que possible du choix des plateformes de diffusion les mieux adaptées à leur développement.
Il considère que dans cette perspective la radio numérique terrestre constitue un facteur d’enrichissement de l’offre radiophonique, qu’elle peut se développer sous certaines conditions sans fragiliser l’équilibre économique des acteurs et en offrant des possibilités de développement, qu’elle a dès lors sa place dans les différents modes d’accès à la radio, et que ces modes sont complémentaires et non exclusifs les uns des autres.
Le Conseil constate que de nombreux acteurs ont manifesté leur intérêt pour un déploiement de la radio numérique terrestre et que la ressource hertzienne existe à cette fin. Dès lors, la poursuite de ce déploiement, commencé avec les zones de Marseille, Nice et Paris, doit être envisagée conformément à la mission que le législateur a fixée au Conseil de déployer les services de radio numérique sur le territoire métropolitain.
En l’état actuel de la loi, le Conseil se propose de fonder sa stratégie de déploiement sur une vision équilibrée et complémentaire des différents modes d’accès à la radio.
S’agissant de la radio numérique terrestre, il souhaite, sans exclure les autres modalités, allouer une ressource suffisante à des appels à candidature locaux, tels que souhaités par plusieurs acteurs, et cadencés de telle sorte qu’ils induisent une dynamique de développement de la RNT tout en préservant la capacité d’investissement des éditeurs.
Le Conseil est attaché à ce que reste ouverte la possibilité d’accueillir des acteurs majeurs, publics et privés, en fonction de l’évolution des conditions de marché.
En complément des offres des éditeurs, le modèle d’un distributeur de services de radio ayant vocation à assurer une continuité de la couverture du territoire en RNT, à des fins notamment d’usage en mobilité, et pouvant à ce titre concourir à l’équipement des foyers, fera rapidement l’objet de travaux plus poussés. De même, la question de la capacité des réseaux mobiles à pouvoir offrir des services de radio avec une permanence de qualité de service, notamment par la mise en oeuvre de techniques de radiodiffusion (« broadcast »), qui fait l’objet d’analyses contradictoires, doit également être approfondie.
Le choix des zones retenues pour les appels à candidatures locaux doit se faire en donnant la priorité aux zones déterminées selon trois critères : zones où se sont déployées des expérimentations ayant eu des résultats positifs (Nantes, Lyon), zones frontalières dans lesquelles la ressource hertzienne en FM est rare (Lille, Strasbourg…), zones de pénurie de l’offre en radio analogique.
Dès 2015, les procédures (consultation publique et étude d’impact si nécessaire, appel à candidatures) seront ainsi lancées sur les zones où des expérimentations sont en cours et donnent pleinement satisfaction, et dans les principales agglomérations frontalières où l’offre de radios est manifestement limitée au regard de l’importance de ces zones. L’identification d’autres zones devra donner lieu à une concertation préalable avec les acteurs avant lancement des procédures.
Le choix des zones et leur nombre, le rythme des appels à candidatures, ainsi que les obligations de couverture des autorisations seront notamment fixées au regard d’un objectif à définir sur le calendrier de franchissement du seuil de 20 % de couverture de la population, à partir duquel des obligations de réception de la RNT s’imposent aux terminaux neufs de réception de la radio.
Parallèlement, le Conseil souhaite attirer l’attention du Parlement et du Gouvernement sur l’utilité d’une évolution du cadre juridique définissant les règles de désignation conjointe de l’opérateur de multiplex par les éditeurs d’un même multiplex, le choix de la norme de diffusion en mode numérique, enfin du régime des données associées, dans le sens des préconisations du rapport.
En tout état de cause, le Conseil souhaite engager les procédures en vue d’un déploiement de la radio numérique terrestre dans une première série de nouvelles zones et, dans le même temps, la concertation avec les acteurs en vue du choix des zones pour les déploiements à venir, selon un rythme adapté à la capacité des acteurs à assumer un tel déploiement.

Soutenez l'association pour la radio numérique DR - devenez membre bienfaiteur. Contactez-nous.


Source : http://www.radio-numerique.fr/CSA-Evolution-des...